Misinformation Monitor: March 2020

Bienvenue dans le “Misinformation Monitor” de NewsGuard, une newsletter qui suit l’évolution de la mésinformation avec des données exclusives en provenance de cinq pays. Inscrivez-vous pour recevoir le Misinformation Monitor par email ou téléchargez NewsGuard dans votre navigateur.

Par Gabby Deutch 
Traduit par Chine Labbé

L’histoire principale… 132 sites au moins relaient des théories du complot sur le coronavirus

Mais d’abord, un quiz:

1. Quelle théorie du complot sur le coronavirus est la plus populaire aux Etats-Unis, en Italie, en Allemagne, en France, et au Royaume-Uni ?

a. Bill Gates possède le brevet du COVID-19.
b. Le coronavirus est une arme biologique développée dans un laboratoire chinois de Wuhan. 
C. L’explication du coronavirus est simple : en réalité, il ne s’agit pas d’un coronavirus, mais du résultat des technologies sans fil 5G, qui créent des symptômes proches de ceux de la grippe.
d. Des migrants africains ont amené le coronavirus avec eux en Italie, et provoqué l’épidémie en Europe.

2. Lequel de ces sites publie des articles d’actualité légitimes sur la science et la santé?

a. Science.news
b. ClimateScienceNews.com
C. ScienceNews.org.  
d. Pandemic.news

3. Lequel de ces traitements contre le coronavirus (tous sont très partagés) est légitime?

a.   L’argent colloïdal liquide
b.   Le “supplément alimentaire minéral miraculeux”, ou MMS (proche de la Javel)
C.  La vitamine C
d.   Aucun

Rendez-vous à la fin de la section suivante pour les réponses.


Comment un obscur site d’intox indien a créé une théorie du complot qui va peut-être atteindre des millions d’Américains.

La page Facebook associée au site Red State Watcher (L’Observateur des États Rouges, le surnom des États où les gens votent traditionnellement pour le parti Républicain) — qui a publié une théorie du complot sur le coronavirus d’abord apparue sur un site indien peu connu — a plus de 4 millions de “followers” et se présente comme une plateforme pour les partisans du président Donald Trump. (Facebook / NewsGuard)

Imaginez que vous, et des millions d’autres, aient lu une théorie du complot sur la propagation du coronavirus. D’où est-elle partie? 

➔  Les sites populaires évalués Rouges par NewsGuard, et donc peu fiables, ne sortent pas de nulle part — ils reprennent souvent leurs fausses informations sur des sites plus petits et moins connus. 

➔  De cette manière, une fausse allégation circule sur plusieurs sites peu fiables. Et trouver son origine, et sa source, devient quasiment impossible.

NewsGuard a réussi à retrouver la source d’une intox de plus en plus populaire sur le coronavirus : GreatGameIndia.com, un site indien qui se présente comme un “journal sur la géopolitique et les relations internationales” et publie des théories du complot sur un large éventail de sujets, de la politique en Inde au crash du vol 17 de la Malaysian Airlines en Ukraine en 2014. Le site ne génère quasiment aucun engagement sur les réseaux sociaux (“likes”, partages ou commentaires). Pourtant, l’un de ses articles s’est retrouvé sur un site politique américain très populaire. Comment?

➔  GreatGameIndia.com a publié le 26 janvier un article intitulé“L’arme biologique coronavirus – comment la Chine a volé le coronavirus au Canada et l’a militarisé” (“Coronavirus Bioweapon – How China Stole Coronavirus From Canada And Weaponized It”). L’article affirme que deux espions chinois ont volé le virus dans un laboratoire de Winnipeg, et l’ont ramené dans un laboratoire militaire de Wuhan, où le virus a accidentellement “fuité”, et commencé à infecter des gens. Cet article n’est pas la seule théorie du complot que Great Game India a publié sur le coronavirus (une autre lie le virus au sida) mais celle-ci a été reprise, et s’est fait remarquer. D’après NewsWhip, une plateforme de suivi de l’engagement sur les réseaux sociaux, au 19 mars, cet article n’avait généré que 1.600 engagements sur les réseaux sociaux depuis sa publication. 

➔  Mais ZeroHedge, un blog politico-financier américain qui fait la promotion de tous types de théories du complot, a repris l’article de Great Game India dès le lendemain. 

  • ◆   ZeroHedge y a ajouté un brin de spéculation, plutôt que de recopier mot pour mot l’article initial. Le titre : “Est-ce que la Chine a volé le coronavirus au Canada et l’a militarisé?” (“Did China Steal Coronavirus From Canada And Weaponize It?”). Le billet posté sur ZeroHedge — un site classé parmi les 900 plus populaires aux Etats-Unis — a reçu plus de 24.500 engagements sur les réseaux sociaux depuis sa publication.

 Puis, RedStateWatcher.com, un site conservateur géré de manière anonyme qui publie régulièrement de fausses allégations, a repris l’article de ZeroHedge le même jour.

 RedStateWatcher figure parmi les 150 sites les plus populaires aux Etats-Unis, et sa page Facebook — @DonaldTrump4President, qui n’indique pas si elle est affiliée à l’équipe de campagne pour la réélection de Donald Trump — a plus de 4.200.000 “followers”. Toutefois, NewsGuard n’a pas trouvé cet article d’intox sur le coronavirus partagé sur cette page Facebook. 

Pourquoi c’est important : Une histoire, sortie d’un obscur site indien — et qui a été démentie par PolitiFact, FactCheck.org, et la Société Radio-Canada — a au final été vue et partagée par des dizaines de milliers d’Américains, parce que de nombreux sites d’actualité peu fiables se suivent les uns les autres et reprennent des contenus créés par d’autres, sans se soucier des faits. La conclusion à en tirer, c’est qu’il est très facile pour une fausse information d’être amplifiée, y compris par un petit groupe de sites peu fiables qui partagent leurs allégations sur les réseaux sociaux. Pour le dire autrement, les réseaux sociaux agissent comme un agent multiplicateur de la mésinformation, comme l’explique Gabby Deutch, correspondante de NewsGuard à Washington, dans Wired (en anglais).



NewsGuard fournit une solution humaine à la mésinformation en évaluant la fiabilité des sites d’information et d’actualité. Nos évaluations, qui s’appuient sur neuf critères journalistiques objectifs, attribuent à chaque site un score de zéro à 100 – ainsi qu’une icône correspondante qui est soit Verte (si le site est globalement fiable), soit Rouge (si le site est globalement peu fiable) – donnant ainsi davantage de contexte aux internautes sur ce qu’ils lisent en ligne. Cliquez ici pour recevoir cette newsletter par email et vous inscrire.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

REPONSES AU QUIZ:

1. (b) La fausse théorie selon laquelle le coronavirus est une arme biologique développée dans un laboratoire militaire de Wuhan a dominé la mésinformation sur le sujet dans les 5 pays.

2.   (c) ScienceNews.org est affilié au magazine scientifique Science News et remplit chacun des critères de crédibilité et de transparence de NewsGuard. Les autres domaines sont tous évalués “Rouges” et font partie du réseau de NaturalNews.com.

3.   (d) Aucun de ces “traitements” ne peut traiter ou empêcher le coronavirus. L’argent colloïdal peut abîmer de manière permanente la peau, et la décolorer. L’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (Food and Drug administration, FDA) indique qu’aucune étude ne prouve que le “supplément alimentaire minéral miraculeux”, ou MMS, (proche de la Javel) est “sûr et efficace dans le traitement d’une maladie” quelle qu’elle soit. La vitamine C est un nutriment utile, mais elle est inefficace pour traiter le coronavirus ou toute autre maladie. 


La mésinformation rapporte gros : Économie d’un site d’intox sur la santé

InfoWars a capitalisé sur les peurs des consommateurs qui craignent de ne pas pouvoir se ravitailler en nourriture pendant une quarantaine liée au coronavirus. (InfoWars / NewsGuard)

Le Centre de Suivi de la mésinformation sur le coronavirus de NewsGuard a recensé132 sites – 83% desquels avaient déjà été identifiés comme peu fiables par NewsGuard avant le début de l’épidémie – qui publient de fausses allégations sur le coronavirus. Pourquoi le font-ils? Pour l’argent. 

Huit sites américains (parmi lesquels le réseau NaturalNews.com, qui compte 54 noms de domaines) vendent et font la promotion de leurs propres remèdes contre le coronavirus. 

  • Le site InfoWars d’Alex Jones profite de la panique avec une publicité géante qui affirme: “LES AUTRES SONT EN RUPTURE DE STOCK” et propose 4 semaines de stocks de “Provisions Patriotiques” (“Patriot Food Supply”). Ces provisions, ainsi que d’autres produits de santé douteux vendus par Alex Jones, notamment de l’argent colloïdal — de l’argent liquide qui peut rendre la peau, les ongles et les gencives gris-bleu de manière permanente, prévient l’Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux (FDA) — sont aussi disponibles sur Amazon
  • Les 54 domaines de NaturalNews.com (qui portent des noms comme WashingtonPosted.news et FactCheck.news) postent des contenus complètement faux, et dangereux (un article récent accusait les autorités du comté de Sacramento d’avoir essayé de répandre la maladie volontairement) qui ont pour objectif de faire peur aux lecteurs — et ils vendent des masques de “niveau militaire” via des publicités publiées aux côtés des articles.   
  • NaturalHealth365.com vend des désodorisants pour combattre le coronavirus. HealthImpactNews.com fait de la publicité pour l’huile de noix de coco dans un article qui affirme que l’huile détruit le coronavirus.  Mercola.com assure qu’un antioxidant appelé quercetin renforcera le système immunitaire des lecteurs. Et vous pouvez l’acheter sur le site. 
  • En Allemagne, en France et en Italie, ce genre de marketing est plus rare. Et pour cause : la réglementation européenne sur les allégations de santé impose aux fournisseurs de suppléments alimentaires de fournir des informations de santé qui reposent sur des données scientifiques largement acceptées, et donc fondées. Evidemment, ces preuves scientifiques n’existent pas pour les suppléments alimentaires et le coronavirus.
Des publicités pour la NRA, la National Rifle Association, plus grande association de défense des armes aux Etats-Unis, et l’association AIDS Institute, qui lutte pour les personnes atteintes du sida et du VIH, sont apparues à côté de théories du complot sur Red State Watcher. (RedStateWatcher.com / NewsGuard)

Partout, les publicités provenant de sociétés légitimes aident aussi ce genre de sites à gagner de l’argent.  

  • Un article complètement faux sur TheBL.com à propos du CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies, aux Etats-Unis) qui aurait prétendument recommandé aux Américains de “simplement dire non si des amis leur proposent le coronavirus” était accompagné d’une publicité pour le planning familial américain (Planned Parenthood). Une publicité pour la National Rifle Association, la plus grande association de défense des armes aux Etats-Unis, apparaissait à côté d’une fausse allégation sur le coronavirus sur RedStateWatcher. Des publicités pour les sacs à dos Herschel accompagnaientun article erroné sur TheMindUnleashed.com à propos des origines du virus.

L’Italie est confinée. Pas la désinformation sur le coronavirus.

L’Italie est le pays qui compte le plus de cas confirmés de coronavirus hors de Chine, et NewsGuard a identifié des fausses allégations sur le COVID-19 sur 16 sites italiens. En Italie, il y a deux courants principaux de mésinformation.

  • Comme dans d’autres pays d’Europe et aux Etats-Unis, une théorie du complot sur les origines du virus est de loin la plus populaire sur les sites italiens. Nous vous en parlions le mois dernier : la théorie selon laquelle le virus vient d’un laboratoire militaire chinois à Wuhan a été populariséepar Paulo Liguori, rédacteur en chef de Tgcom24, une des principales chaînes de télévision italiennes d’information continue.
  • Une autre théorie populaire en Italie — qui n’a pas encore circulé largement dans d’autres pays d’Europe ni aux Etats-Unis — établit un lien entre le virus et les migrants, et a été relayée par des sites d’extrême droite anti-migrants.
    • Leggilo.org a affirmé que deux migrants malades sur un bateau arrivé en Sicile depuis l’Afrique avaient le coronavirus. Mais cette affirmation n’a pas été confirmée par les autorités sanitaires italiennes.
    • VoxNews.info a publié un article suggérant que le patient zéro en Italie devait être un homme pakistanais travaillant dans un restaurant chinois à Pavie, en Lombardie, au sud de Milan. Bien que cet homme ait été testé positif au coronavirus et n’ait pas respecté sa quarantaine, il n’existe aucune preuve qu’il soit le premier cas de coronavirus dans le pays. (VoxNews.info n’est pas affilié au site américain Vox.com.)
      • Cet article comprenait cette longue tirade contre les immigrés : “En y pensant, l’hypothèse selon laquelle le livreur d’un restaurant chinois est le patient zéro semble la plus raisonnable. Cela serait le moyen le plus sûr de faire circuler le coronavirus, ne pensez-vous pas? C’est cette société moderne : des Pakistanais et des Africains livrent de la nourriture chinoise en Italie. Mangez Italien, bande d’idiots”.
      • Cette fausse allégation est depuis apparue sur Infowars, le site américain tenu par le conspirationniste Alex Jones.
  • Pourquoi c’est important : Le virus s’est propagé de manière exponentielle en Italie, mais aussi en France et dans d’autres pays d’Europe. Des experts estiment que le coronavirus pourrait avoir la même trajectoire aux Etats-Unis. Et avec de plus en plus de personnes contaminées, les experts s’attendent à voir de nouvelles fausses allégations se propager, à la fois sur les origines du virus, et sur comment il se propage. Et de nombreuses allégations se saisiront de ces thèmes xénophobes. 

Envoyez-nous vos suggestions ou vos questions. 

Téléchargez NewsGuard

Installez notre extension de navigateur pour voir les icônes de NewsGuard dans vos résultats de recherches sur vos moteurs de recherche et dans vos flux Facebook, Twitter et LinkedIn sur votre ordinateur.

Cliquez ici pour lire cette newsletter en anglais.