Misinformation Monitor: June 2022

Russie et COVID-19: deux sujets qui passionnent autant les colporteurs d’infox; La nouvelle stratégie de la télévision d’Etat russe; et le paradoxe de la mésinformation au Canada

Bienvenue dans le Misinformation Monitor, une newsletter qui couvre la mésinformation, la désinformation, et les fausses informations en ligne avec des données exclusives en provenance de six pays. Inscrivez-vous ici pour recevoir cette newsletter par email, et téléchargez l’extension de navigateur NewsGuard.

(Sparklestroke, farooq-shahsofts-images, Jack Brewster)

Multi-récidivistes : les sites ayant diffusé des infox sur le COVID-19 colportent désormais de la désinformation sur l’Ukraine sur les réseaux sociaux

Par Alex Cadier

Près de 100 sites identifiés par NewsGuard en 2021 comme diffusant de fausses informations sur le COVID-19 colportent désormais des infox sur la guerre en Ukraine sur les réseaux sociaux, et certains récoltent toujours des revenus provenant de la publicité digitale. 

Une nouvelle analyse de NewsGuard montre que 91 sites qui apparaissent dans le Centre de suivi de la mésinformation sur le COVID-19 diffusent désormais de la désinformation sur la guerre en Ukraine. Ces sites sont désormais répertoriés dans notre Centre de suivi de la désinformation Russie-Ukraine. Plus de la moitié de ces 91 sites (57) sont actifs sur Facebook, Twitter et YouTube. Certains ont vu leurs comptes sur les réseaux sociaux suspendus. 

Quarante-trois ont des comptes actifs sur Twitter, 41 sur Facebook et 23 sur YouTube. (Et nombre d’entre eux sont actifs sur plus d’une de ces plateformes). Les comptes de ces sites sur les réseaux sociaux n’affichent aucun avertissement de la part des plateformes, les informant qu’ils partagent des informations provenant de sources peu fiables. 

Par ailleurs, certains de ces 91 sites ont vu leurs comptes sur les réseaux sociaux suspendus sans explication claire ou transparente de la part des plateformes sur le pourquoi de leur suspension, ne permettant pas aux utilisateurs de comprendre à quelles sources ils peuvent faire confiance. 

Ces sites sont gérés un peu partout dans le monde : 31 d’entre eux sont anglophones, 31 francophones, 16 germanophones et 13 italophones. 

Les sites inclus dans les centres de suivi de NewsGuard publient régulièrement de fausses allégations, et ont diffusé au moins un ou plusieurs des mythes les plus répandus sur le COVID-19 et la guerre Russie-Ukraine. 

Les trois sites les plus suivis sur les réseaux sociaux (tous trois anglophones), OANN.com, ZeroHedge.com, et OrganicConsumer.org, ont, à eux trois, quelque 3 millions d’abonnés sur Twitter, 1,5 million d’abonnés sur Facebook, et 1,47 million sur YouTube. 

Parmi les fausses informations relayées par ces sites figurent :  

  • L’idée selon laquelle le COVID-19 contiendrait des insertions du VIH, ce qui suggérerait que le virus a été créé par l’Homme. 
  • L’idée selon laquelle la technologie de téléphonie mobile 5G serait liée à la pandémie de COVID-19.
  • L’idée selon laquelle les Etats-Unis seraient en train de développer des armes biologiques visant à cibler les personnes d’origine ethnique russe.
  • L’idée selon laquelle le massacre de civils à Boutcha, en Ukraine, aurait été mis en scène. 

Par ailleurs, 23 de ces 92 sites continuent de recevoir des revenus grâce à la publicité programmatique, permise par des plateformes publicitaires comme Google et MGID.

Cela prouve que les sites de mésinformation colportent souvent des infox sur plusieurs sujets, et que les fausses allégations sur le COVID-19 et la guerre en Ukraine – bien que ces sujets puissent sembler éloignés – peuvent tout à fait coexister.

Comment la télévision d’Etat russe présente l’impact des sanctions “anti-russes” pour l’Occident

Par Madeline Roache

Depuis six semaines, NewsGuard traduit et résume le programme quotidien diffusé par l’une des chaînes d’Etat les plus populaires en Russie, Pervy Kanal (Channel One). En plus de la propagande sur l’héroïsme présumé des soldats russes et des accusations de crimes commis par les “néo-nazis” ukrainiens, un autre thème a émergé récemment : à quel point le soutien de l’Occident à l’Ukraine ferait souffrir les citoyens occidentaux.

Par exemple, lors d’un segment diffusé en mai 2022 sur la pauvreté croissante au Royaume-Uni, la chaîne a dit : “les personnes ordinaires paient le prix des effets de la politique anti-russe”. Au sujet de l’Allemagne, la chaîne a rapporté que des retraités n’avaient “plus de quoi vivre” à cause de l’inflation. 

Dans un autre reportage diffusé fin avril, la chaîne a rapporté que les Allemands s’étaient vu conseiller de fermer la porte de leur réfrigérateur plus vite, et de sécher leurs vêtements sur un fil à linge plutôt qu’avec un séchoir électrique. “Ce n’est même pas le pire”, a dit Pervy Kanal. “On demande aux gens de se laver moins souvent, et encore mieux, de le faire sans savon et pas entièrement”. Les autorités européennes ont décidé qu’elles étaient “prêtes à ruiner” les vies de leurs citoyens, a poursuivi la chaîne, “au nom de sa soi-disant bataille avec la Russie”.  

Le 19 mai 2022, Pervy Kanal a rapporté que les Etats-Unis "tremblaient de plus en plus en raison de la crise économique". (Capture d'écran par NewsGuard)

Évoquant les prix du gaz en forte hausse aux Etats-Unis, Pervy Kanal a dit : “Dans la nouvelle réalité de la vie américaine, posséder une voiture est un luxe”. Et d’ajouter : “on a l’impression que les Etats-Unis sont plus préoccupés par une possible attaque économique sur la Russie que par le bien-être de leurs propres citoyens”. La chaîne a aussi fait état d’une “situation catastrophique avec la nourriture pour bébés” aux Etats-Unis, et ce alors que “des milliards en armes sont envoyés à l’Ukraine”. Ce reportage montrait un clip de Next News, une chaîne YouTube d’actualité à tendance conservatrice basée aux Etats-Unis, citant le présentateur disant : “(Le président des Etats-Unis Joe) Biden n’a pas pas fait quoi que ce soit pour apporter une solution à cela, et ce depuis très longtemps. Il a envoyé des milliards de dollars pour aider l’Ukraine, mais il ne fait rien pour aider notre bien le plus précieux chez nous – nos enfants”.

Les reportages de Pervy Kanal ont aussi affirmé que l’Occident empirait ses propres problèmes économiques et de sécurité en envoyant de l’aide à l’Ukraine. Par exemple, dans un reportage sur la Chambre des représentants des États-Unis ayant approuvé un paquet de 40 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine le 11 mai, la chaîne a rapporté : “les dépenses sans fin pour l’Ukraine aux Etats-Unis ne font que faire augmenter l’inflation et irriter les Américains en raison de l’augmentation des crimes et des problèmes économiques”. Ce reportage montrait un clip de Tucker Carlson, présentateur sur Fox News, disant, au sujet du paquet de 40 milliards de dollars : “C’est deux fois plus que ce que l’administration dépense sur la protection de nos propres frontières. Et ce n’est qu’un paquet d’aide…. La chose la plus triste est que cela n’a pas forcé les Russes à quitter l’Ukraine”.  

Pervy Kanal a aussi rapporté que Josep Borrell, le chef de la diplomatie européenne, avait exhorté l’Europe à allouer plus de fonds à ses propres budgets de défense, et à prendre davantage de responsabilité pour sa sécurité. Le reportage disait que Josep Borrell “avait reconnu qu’injecter des armes en Ukraine avait épuisé les réserves militaires de l’Union européenne”. La chaîne n’a pas noté que Josep Borrell, dans son allocution, avait aussi parlé de “l’agression impitoyable de la Russie sur l’Ukraine”. 

Le 13 mai 2022, Pervy Kanal a dit : les hommes politiques "commencent à comprendre ce qui pourrait survenir après l’armement sans contrôle du régime de Kiev", dans le cadre d'un reportage sur la tentative, par le sénateur américain Rand Paul, de bloquer un projet de loi visant à fournir 40 milliards de dollars d'aide à l'Ukraine. (Capture d'écran par NewsGuard)

La chaîne a aussi exagéré le niveau d’opposition, aux Etats-Unis, au soutien à l’Ukraine. Dans un article sur le sénateur américain Rand Paul, et sa vaine tentative de bloquer le vote rapide du paquet de 40 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine le 12 mai, la chaîne a dit : “À Washington, les hommes politiques se font de plus en plus entendre et commencent à comprendre ce qui pourrait survenir après l’armement sans contrôle du régime de Kiev”. Rand Paul n’était pas “principalement inquiet de la situation difficile en Ukraine et du sort des Ukrainiens”, a dit la chaîne. “Parmi ses principaux arguments, il y avait la situation de l’Amérique elle-même”. 

Le reportage ne mentionnait pas le fait que Rand Paul est le seul sénateur à s’être opposé au passage rapide du projet de loi, qui a été largement soutenu au Sénat, par des hommes politiques de tous bords politiques.

(Unsplash)

Les sites canadiens peu fiables les plus populaires génèrent moins d’engagement au total – mais plus d’engagement par article – que les sites fiables les plus populaires 

Par Lorenzo Arvanitis

Au Canada, la mésinformation suscite considérablement moins d’engagement qu’aux Etats-Unis, mais les articles provenant des sites d’information peu fiables les plus populaires y génèrent considérablement plus d’engagement en moyenne que les articles des sources fiables les plus populaires du pays, selon une analyse de NewsGuard.

En utilisant les données de NewsGuard et de l’entreprise de suivi de l’engagement sur les réseaux sociaux NewsWhip, NewsGuard a constaté que les cinq sites canadiens évalués Rouge par NewsGuard (généralement peu fiables) les plus populaires dans le pays généraient une petite fraction du total d’engagement sur les réseaux sociaux – likes, partages et commentaires sur Facebook et Twitter – par rapport aux cinq sites canadiens évalués Vert par NewsGuard (généralement fiables) les plus populaires. Entre le 1er janvier 2022 et le 30 avril 2022, les cinq sites canadiens peu fiables suscitant le plus d’engagement représentaient 6,7% de l’engagement généré par les cinq sites fiables les plus populaires au Canada.

Les cinq sites évalués Vert par NewsGuard ayant suscité le plus d’engagement pendant les premiers mois de 2022 étaient CTVNews.ca, CBC.ca, GlobalNews.ca, ThePostMillennial.com, et Narcity.com. Les cinq sites évalués Rouge par NewsGuard ayant suscité le plus d’engagement pendant les premiers mois de 2022 étaient RebelNews.com, JCCF.ca, TheNationalTelegraph.com, ThePulse.one, et GlobalResearch.ca.

Aux Etats-Unis, les sites peu fiables constituaient une part plus importante du régime informationnel national. Les cinq sites américains peu fiables les plus populaires représentaient 27,6% de l’engagement sur les réseaux sociaux généré par les cinq sites fiables les plus populaires dans la même période – plus de 4 fois la proportion du Canada.

Les cinq sites évalués Vert par NewsGuard les plus populaires aux Etats-Unis comprenaient DailyWire.com, FoxNews.com, CNN.com, NBCNews.com, et NYTimes.com, tandis que les cinq sites peu fiables les plus populaires comprenaient Breitbart.com, TMZ.com, Newsmax.com, LouderWithCrowder.com, et TheFederalistPapers.org.

Ce graphique montre que les cinq sites d'actualité peu fiables les plus populaires au Canada (évalués Rouge) sont responsables d’une petite fraction de l’engagement sur les réseaux sociaux par rapport à l'engagement suscité par les cinq sites d'actualité fiables les plus populaires au Canada (évalués Vert). Aux Etats-Unis, les cinq sites d'actualité peu fiables les plus populaires aux Etats-Unis suscitent plus d'intérêt de la part du public, générant une plus grande partie de l’engagement sur les réseaux sociaux.

Toutefois, les articles individuels provenant des sources peu fiables les plus populaires au Canada ont généré beaucoup plus d’engagement en moyenne que les articles individuels des sources fiables les plus populaires du pays. Comme le montre le graphique ci-dessous, entre le 1er janvier 2022 et le 30 avril 2022, les articles publiés par les cinq sites évalués Rouge par NewsGuard au Canada ont généré 2,2 fois plus d’engagement en moyenne que ceux publiés par les cinq sites fiables les plus populaires au Canada. Cela montre que le contenu provenant des sources peu fiables les plus populaires au Canada est plus susceptible de générer de l’engagement que le contenu provenant des sources fiables. Aux Etats-Unis en revanche, les articles individuels des cinq sites peu fiables et des cinq sites fiables les plus populaires ont généré des niveaux d’engagement similaires, en moyenne. 

Cela semble contradictoire, mais s’explique par le fait que les sites peu fiables canadiens les plus populaires publient beaucoup moins d’articles que les sites fiables les plus populaires, qui en publient souvent plusieurs centaines chaque jour. Ainsi, bien que les articles provenant des sites peu fiables suscitent plus d’engagement en moyenne, au total, les sites fiables l’emportent. 

Ce graphique montre que les articles provenant des cinq sites peu fiables les plus populaires au Canada (Évalués Rouge) suscitent deux fois plus d’engagement sur les réseaux sociaux que les articles provenant des cinq sites fiables les plus populaires (évalués Vert). Ce n’est pas le cas aux États-Unis.

Cela contredit l’idée selon laquelle la mésinformation jouerait un rôle mineur au Canada par rapport aux Etats-Unis, et montre que les plus gros fournisseurs de fausses informations dans le pays peuvent être à la fois négligeables en nombre, et influents. Cela montre par ailleurs à quel point l’information provenant de sources peu fiables peut se diffuser plus vite et à plus vaste échelle que l’information correcte, amplifiée et facilitée par les algorithmes des réseaux sociaux.

 

Envoyez-nous vos idées ou questions.