Misinformation Monitor : Avril 2021

Bienvenue dans le Misinformation Monitor de NewsGuard, une newsletter qui suit la mésinformation avec des données exclusives en provenance de cinq pays. Inscrivez-vous pour recevoir cette newsletter par email ou téléchargez NewsGuard.

Par Melissa Goldin, Kendrick McDonald, Chine Labbé, Virginia Padovese, et Marie Richter


L’histoire principale… Des colporteurs d’intox en Europe copient les récits des élections américaines de 2020


Mais d’abord, un quizz :

1. Laquelle de ces marques a diffusé des publicités sur des sites ayant publié des intox et des théories du complot sur la pandémie de COVID-19?

a)
Pfizer
b) Walmart
c) ViacomCBS
d) Verizon
e) Toutes ces marques

2. Quel chef religieux diffuse des théories du complot sur le COVID-19 qui ont été promues sur un site ciblant la communauté musulmane francophone? 

a) Matthieu Ricard, auteur et moine bouddhiste
b) Le pape François
c) Louis Farrakhan, dirigeant de l’organisation Nation of Islam
d) Le Dalaï Lama

3. Lequel de ces sites utilise l’intelligence artificielle pour compléter ses reportages? 

a) NowThisNews.com
b) TheBipartisanPress.com
c) StatNews.com
d) TrendingViews.co

Rendez-vous à la fin de la section suivante pour les réponses.


Mêmes mythes, nouvelles élections : Comment les intox sur les élections américaines inspirent de fausses allégations sur la politique européenne

Par Melissa Goldin, Chine Labbé et Marie Richter

2020 a prouvé que les intox sur les élections n’étaient pas qu’un phénomène américain. En fin d’année dernière, plus de 40 sites en France, en Italie et en Allemagne avaient publié de fausses allégations sur l’élection présidentielle américaine. Mais fin 2020 et début 2021, ces récits ont commencé à s’adapter aux contextes locaux européens, où les intox d’abord apparues aux Etats-Unis ont contribué à donner un nouveau souffle à des allégations marginales de fraude politique, et à faire émerger de nouvelles intox, menaçant ainsi de semer des graines de méfiance dans le processus démocratique en Europe, comme on a pu l’observer aux Etats-Unis. 

Dans le détail : Les fausses allégations selon lesquelles le président Joe Biden aurait volé l’élection de 2020 à Donald Trump ont poussé plusieurs sites d’actualité francophones évalués Rouge (c’est-à-dire peu fiables) par NewsGuard à affirmer, à tort, que le président français Emmanuel Macron avait été élu de manière illégale en 2017, via une fraude massive autorisée par “l’État profond français”.

  • En décembre 2020, le site Geopolintel.fr, qui couvre les enjeux géopolitiques et a fait la promotion de théories du complots démenties (évalué Rouge par NewsGuard), a publié un article intitulé “Scytl : le logiciel qui rend nos votes inutiles…”
    • “Il y a des événements qui servent parfois de déclic dans une vie”, disait cet article au sujet de l’élection de Joe Biden. “La fraude massive du candidat Biden dans les élections américaines en est un”. Cet article était rempli d’autres allégations fausses, dont l’idée qu’un “Deep State” gouvernerait les Etats-Unis “dans l’ombre”. “Et bien évidemment, on finit par s’interroger sur notre propre pays”, disait le texte. “Quand on découvre que la France possède aussi le logiciel Scytl qui a servi à truquer les élections américaines, les doutes légitimes que nous avions sur les élections présidentielles de 2017 qui a vu la victoire d’un candidat sorti de nulle part (…) ne peuvent que revenir à la surface”, ajoutait-il, revisitant l’élection d’Emmanuel Macron en 2017.
    • D’autres articles ont aussi accusé le logiciel de Dominion Voting Systems, l’entreprise au cœur de nombreuses intox sur l’élection américaine, d’avoir fait élire Emmanuel Macron illégalement. 

Ces récits sur la légitimité du président Emmanuel Macron ne sont pas nouveaux, et un article populaire en ligne repris récemment sur plusieurs sites francophones évalués Rouge par NewsGuard, souligne que le texte a d’abord été publié juste après l’élection d’Emmanuel Macron, en 2017.

  • En janvier 2021, MediaZone.zonefr.com, un site qui publie des théories du complot sur de nombreux sujets, notamment sur la pandémie de COVID-19 et les élections américaines, a repris un article de juillet 2017, en indiquant : “Article rédigé le 25 juillet 2017, mais qui n’a pas pris une seule ride. Je le reposte, car il montre l’arrivée par fraudes graves de macron (sic) à l’Elysée : résultat d’une action concertée par l’État profond français”. 
  • Cet article a été republié sur plusieurs autres sites évalués Rouge par NewsGuard, dont le site d’extrême droite NS2017.wordpress.com, et Profession-Gendarme.com et ReseauInternational.net, deux sites qui font souvent la promotion de théories du complot et d’autres informations fausses. A lui seul, l’article de Réseau International a atteint plus de 1,1 million de personnes sur Facebook, selon les données de Crowdtangle, un outil de suivi des réseaux sociaux qui appartient à Facebook. 
Un article de janvier 2021 publié sur Réseau International (un site évalué Rouge par NewsGuard) affirme qu’Emmanuel Macron a été élu illégalement via une fraude organisée par “l’Etat profond français”. (Capture d’écran: NewsGuard).

En Allemagne, des partis de droite émettent depuis de nombreuses années des craintes sur le vote par correspondance, et sur un risque de fraude lors des élections dans le pays. Mais ces fausses allégations ont été revigorées avec la diffusion d’intox sur le vote par correspondance aux Etats-Unis, avant et après l’élection présidentielle de 2020.

  • Un article de mars 2021 publié sur PI-News.net, un site qui se décrit comme “politiquement incorrect” et publie des théories du complot d’extrême droite et des contenus anti-islam, était intitulé “Le dilemme du vote postal”. Il disait : “Voter par correspondance, comme les événements de l’élection présidentielle américaine l’ont démontré de façon spectaculaire, est fondamentalement problématique et extrêmement sujet à manipulation et contrefaçon”.
  • Un article de janvier 2021 publié sur JournalistenWatch.com, un site qui s’appuie sur des allégations trompeuses ou non fondées pour soutenir son point de vue anti-Islam, était intitulé : “Risquons-nous de voir se produire une élection frauduleuse en septembre?” Le texte disait : “Les radicaux de gauche aux Etats-Unis ont réussi à mener à bien leur plan perfide et ont, de fait, mis un terme à la démocratie via une fraude délibérée. Tout ce dont ils avaient besoin, c’était le vote par procuration. Et maintenant, il semble que les gauchistes en Allemagne veulent aussi s’en tirer avec quelque chose d’aussi démoniaque que ça”. 

En France et en Allemagne, des personnalités et mouvements d’extrême droite se servent aussi de la pandémie de COVID-19 pour alerter sur les dangers présumés du vote par correspondance, et appeler à une révolte contre le statu quo.

  • “Toute cette pandémie est une intox causée par des raisons complètement différentes (…) parce qu’ils veulent mettre en oeuvre le vote par correspondance pour exécuter la plus vaste fraude électorale de ce pays l’année prochaine”, a déclaré Robert Farle, député du parlement régional de Saxony-Anhalt pour le parti allemand d’extrême droite Alternative pour l’Allemagne (Afd), en janvier 2021.
  • En février 2021, en France, Florian Philippot, ancien membre du Rassemblement National de Marine Le Pen, désormais à la tête d’un mouvement d’extrême droite appelé Les Patriotes, a exhorté les Français à s’opposer à un amendement du gouvernement qui avait pour objectif d’introduire le vote par anticipation sur machine à voter pour l’élection présidentielle de 2022. L’amendement a depuis été rejeté, mais Florian Philippot continue d’alerter sur les risques de voir la pandémie utilisée pour imposer des mesures dictatoriales. 

Pourquoi c’est important : La mésinformation sur les élections démocratiques peut mener à des actes violents, comme l’ont prouvé les manifestations du Capitole, aux Etats-Unis, le 6 janvier 2021. En août 2020, un événement similaire a été évité de peu en Allemagne quand la police a arrêté des centaines de personnes qui tentaient de prendre d’assaut le Reichstag, qui abrite le parlement allemand. Et en France, le site Geopolintel a déjà utilisé une allégation de fraude pour justifier la violence, disant dans son article de décembre 2020 :  “Nous sommes à la veille d’une révolte qui se transformera sans aucun doute, en insurrection violente… Le peuple de France est victime d’une Cabale monstrueuse (…) (qui) veut nous imposer le Nouvel Ordre Mondial totalitaire et génocidaire”.

 


Recevez cette newsletter par email

NewsGuard fournit une solution humaine à la mésinformation en évaluant la fiabilité des sites d’information et d’actualité. Inscrivez-vous ci-dessous pour recevoir cette newsletter par email.

  • Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Réponses au quizz :

1. Laquelle de ces marques a diffusé des publicités sur des sites ayant publié des intox et des théories du complot sur la pandémie de COVID-19?

  • (e) Toutes ces marques ont acheté des espaces publicitaires sur des sites de mésinformation publiant des intox sur le COVID-19, sans doute involontairement, via la publicité programmatique, qui permet aux entreprises de diffuser leurs publicités sur internet en fonction des public ciblés, en temps réel, avec des algorithmes.

2.  Quel chef religieux diffuse des théories du complot sur le COVID-19 qui ont été promues sur un site ciblant la communauté musulmane francophone?

  • (c) Louis Farrakhan, dirigeant de l’organisation afro-américaine Nation of Islam a diffusé la théorie du complot selon laquelle les vaccins contre le COVID-19 sont “une politique gouvernementale visant à réduire la population mondiale de deux à trois milliards de personnes”. Cette fausse allégation a été promue dans un article de mars 2021 sur Alnas.fr, un site destiné aux musulmans de France, évalué Rouge par NewsGuard.

3. Lequel de ces sites utilise l’intelligence artificielle pour compléter ses reportages? 

  • (b) TheBipartisanPress.com, un site évalué Vert (c’est-à-dire généralement fiable) par NewsGuard, couvre l’actualité des Etats-Unis, et utilise l’intelligence artificielle pour analyser et étiqueter ses propres articles, pour indiquer leur orientation politique et leurs éventuels biais.  

Les anti-vax adaptent un de leurs récits favoris aux variants du COVID-19

Par Kendrick McDonald, Virginia Padovese, et Chine Labbé

Un nouveau mythe : Alors que de nombreux pays européens font face à une troisième vague d’infections au COVID-19, des militants anti-vaccins affirment à tort que les variants du coronavirus, responsables d’une augmentation du nombre de cas, sont en fait causés par les vaccins qui visent à mettre un terme à la pandémie. Des médecins controversés et un député italien anti-vaccins ont fait la promotion de ce mythe en France et en Italie, où des mesures de confinement ont été mises en place dès la mi-mars.

TVLibertes.com a interviewé la généticienne Alexandra Henrion-Caude en janvier 2021. (Capture d’écran: NewsGuard).
  • En janvier, la généticienne française Alexandra Henrion-Caude a déclaré à TVLibertés.com, un site de vidéos d’extrême droite évalué Rouge (peu fiable) par NewsGuard, que les vaccins à ARNm risquaient “de provoquer l’émergence de nouveaux variants”. “À chaque fois (qu’on vaccine), on a le mot ‘variant’ qui apparaît en même temps”, a-t-elle ajouté.
  • En mars, le docteur italien Leopoldo Salmaso, qui vit et travaille en Tanzanie, a affirmé dans une interview sur la chaîne YouTube du groupe covido-sceptique et anti-vaccins R2020 : “Nos vaccins, ceux qui sont autorisés, augmentent le nombre de variants”. 
  • Le jour suivant, un extrait de l’interview vidéo de Leopoldo Salmaso a été partagé par la députée italienne anti-vaccins (Gruppo Misto) Sara Cunial sur sa page Facebook.

Pourquoi c’est faux : Plusieurs vaccins contre le COVID-19 ont reçu une autorisation d’urgence de la part d’agences de régulation des médicaments en Europe et aux Etats-Unis, et leurs essais cliniques ont montré qu’ils étaient sûrs pour la plupart des personnes. Les vaccins ne contiennent pas de virus vivant et ne peuvent pas créer de variant. 

  • Martin Hibberd, professeur de maladies infectieuses émergentes à la London School of Hygiene & Tropical Medicine, a déclaré à NewsGuard par email que les vaccins “ne sont pas des virus complets, et ne peuvent donc pas répliquer un nouveau variant qui pourrait infecter d’autres personnes. Certains types de vaccins utilisent des virus entiers atténués, et ceux-ci peuvent générer des variants qui pourraient, en théorie, être transmis à d’autres, mais les vaccins contre le COVID-19 ne sont pas de ce type, et ne peuvent pas faire ça”.  
  • Les vaccinations augmentent l’immunité contre le virus, ce qui signifie que les variants qui réussissent à résister efficacement contre cette immunité pourraient se répandre plus efficacement. Mais cela ne signifie pas que le vaccin crée ces variants.
  • “Certains virus peuvent s’adapter à la réponse immunitaire qui apparaît à la suite de l’infection et de la vaccination, via la sélection de variants qui sont capables d’échapper à la protection immunitaire fournie”, a écrit Martin Hibberd. 
  • Et d’ajouter : nous n’avons vu aucune preuve que des “souches résistantes aient émergé en raison des vaccins”, et nous ne savons pas pour le moment s’il sera plus rare ou plus commun que des variants résistent aux réponses immunitaires pour être sélectionnés, et donc augmenter en nombre”. 

Comment il s’est diffusé : En Italie et en France, ce mythe est né dans des interviews vidéos, avant d’être amplifié par d’autres sources.

  • L’interview de janvier sur TVLibertes.com avec Alexandra Henrion-Caude a été partagée 4.000 fois sur Facebook et a suscité 11.500 interactions (likes, commentaires, partages). Des extraits de l’interview ont continué à circuler sur la plateforme de partage de vidéos Odysee.com, notamment un clip qui a atteint près de 26.000 vues.
  • D’après LCI, Alexandra Henrion-Caude a décrit de manière trompeuse un communiqué de presse de l’Académie nationale de médecine de janvier 2021 qui, comme Martin Hibberd, décrivait la manière dont les variants qui résistaient à la réponse immunitaire pouvaient réussir à diffuser un virus. 
  • L’interview de Leopoldo Salmaso a été vue plus de 16.000 fois sur YouTube. Le groupe qui l’a interviewé, R2020, a fait la promotion de récits anti-vaccins sur Facebook, et une section de son site inclut des infographies et images très bien réalisées qui peuvent être partagées sur internet, notamment des cartes sur lesquelles on peut lire : “Non au vaccin expérimental contre le COVID-19. Nous ne sommes pas des cobayes!”
  • L’interview de Leopoldo Salmaso a été promue par Sara Cunial auprès de ses 180.000 abonnés sur Facebook dans un post qui a été partagé plus de 42.000 fois. Plus tard, une autre interview de Leopoldo Salmaso, réalisée par le groupe anti-vaccins Movimento 3V, a aussi été partagée par Sara Cunial, ainsi que par le site ImolaOggi.it, évalué Rouge (peu fiable) par NewsGuard. 
  • Toujours début mars, Leopoldo Salmaso a aussi partagé l’intox selon laquelle les vaccins contre le COVID-19 causent les variants du virus, et le mythe selon lequel les vaccins à ARNm constituent une “manipulation génétique”, dans une interview avec le site ByoBlu.com, évalué Rouge par NewsGuard. 
  • DataBaseItalia.it, un autre site évalué Rouge par NewsGuard, a partagé le même mythe dans un article du 20 mars disant : “Les variants sont-ils causés par le vaccin ? … la réponse ne peut être que oui !” 
En mars 2021, le groupe anti-vax Movimento 3V a publié une interview du docteur Leopoldo Salmaso affirmant que les variants du coronavirus étaient causés par les vaccins cotre le COVID-19. (Capture d’écran de sa chaîne YouTube : NewsGuard)

Pourquoi c’est important : Les variants du virus constituent le dernier sujet scientifique compliqué en date. Depuis un an, nous avons vu à quel point les gens se tournaient vers les théories du complot, les récits trompeurs cachés sous un jargon scientifique, et toutes autres explications simplistes pour soulager leur incertitude face à la pandémie. 

  • La distribution du vaccin est essentielle pour se diriger vers une sortie de pandémie, et il faut continuer à surveiller les tentatives de saper ces efforts, surtout au moment où les autorités doivent faire face à l’augmentation des cas.

Correction : Une version précédente de cette newsletter décrivait par erreur Robert Farle comme un député du parti allemand Alternative pour l’Allemagne (Afd). Il est en fait député du parlement régional de Saxony-Anhalt pour ce parti. NewsGuard regrette cette erreur.


Envoyez-nous vos questions ou suggestions.


Téléchargez NewsGuard

Installez notre extension de navigateur pour voir les icônes de NewsGuard dans vos résultats de recherches sur vos moteurs de recherche et dans vos flux Facebook, Twitter et LinkedIn sur votre ordinateur. Téléchargez notre nouvelle application mobile, disponible sur iOS et Android